50 ans d'oubli ?

 

Le 1er août 1945, André GIRARD quitte Brive-la-Gaillarde pour la Manufacture de Riom (63) où il est notamment inspecteur régional des ventes pour l'Auvergne.

À partir du 15 mai 1947, il est contrôleur général de la nouvelle Manufacture des Tabacs de Lyon (Cours Albert Thomas, Lyon 8ème arrondissement) ; Il en sera le directeur administratif puis l’inspecteur jusqu’à sa retraite.

Manufacture des Tabac de Lyon         André GIRARD en 1947

Diplôme de la médaille d'argent du travail    Diplôme de la médaille de vermeil du travail

Dès la création de l'amicale du réseau Alliance en 1945, devenue l’Association Amicale Alliance, par Marie-Madeleine FOURCADE, André GIRARD en est le trésorier national et ce, pendant de nombreuses années ; "Pointer" devient un ami de confiance très proche de "Hérisson" et de l'infatigable secrétaire national Robert BERNADAC "Rouge-Gorge". Marie-Madeleine FOURCADE, officier liquidateur de son réseau, se charge alors de l’homologation de ses 2.407 agents, survivants ou disparus, ainsi que du versement des pécules et de l'attribution de décorations. Elle ne cesse de participer activement jusqu'à son décès aux œuvres sociales au profit des veuves et des orphelins des martyrs ou au "reclassement" professionnel des anciens résistants à travers son puissant réseau de relations.

  Hommage des troupes aux survivants du réseau

Elle publie également en 1947 le "Mémorial de l’Alliance" dédié aux 438 morts du réseau (sur un millier d'agents arrêtés), fruit de ses recherches sur les lieux de détention et de supplice de ses agents en Alsace puis en Allemagne dès l'automne 1944. Enfin, elle veille à l'accomplissement des rites funéraires et au rapatriement des corps des agents martyrs en France à la charge de l'État ; Faisant suite à la première cérémonie nationale du 30 novembre 1945 au Sacré-cœur et à la commémoration au camp de concentration du Struthof du 2 septembre 1946, une cérémonie officielle réunissant les cercueils avant leur remise aux familles est organisée à Strasbourg en 1947. Entre autre, elle participe à la recherche des tortionnaires et des délateurs, témoigne lors des procès comme celui du SRA de Dijon en juillet 1946 ou défend la réputation des compagnons dont le titre de résistant serait mis en doute.

André GIRARD (à droite) et son épouse

Le 11 octobre 1947 à Lyon (7ème arrondissement), André GIRARD se remarie avec Anna Marie Louise SERRE (née le 27 octobre 1913 à Saint-Sauves d’Auvergne de Pierre et Angeline GOIGOUX ; décédée en 1995. Mère de Michelle et Claude Faure). Leur fille, Anne Marie Renée, naît le 24 août 1948. 

De 1947 à 1950, les anciens du réseau se mobilisent pour défendre leur chef, Marie-Madeleine FOURCADE, accusée par le général Fernand Marcel ALAMICHEL "Panthère" d’avoir dénoncé et trahie certains de ses propres agents. Elle sera par ailleurs mise en cause par le co-liquidateur du réseau, Gilbert BEAUJOLIN alias "Caïman" en 1945 et par le colonel Paul PAILLOLE, notamment au sujet des orientations politiques des chefs du réseau, tant à l'époque de la Cagoule qu'à l'égard du général de GAULLE pendant la guerre.

Frappés par la disparition tragique de leur camarade et chef Henri BATTU "Sarigue", les anciens du réseau décident en 1952 la création d'une section lyonnaise de l’amicale, présidée par André GIRARD et regroupant des agents de toute condition, tels l'homme d'affaires Gilbert BEAUJOLIN, le tonitruant avocat lyonnais Joannès AMBRE "Gibbon", Etienne BERNE, René BABAZ "Benjamin", Roger BECKER, Me SEIGNOL, MM. EMERY, COHAN "Canneton" ou MOIRE "Lionceau". André GIRARD est également un fidèle ami de Guy CRESCENT, ancien du réseau, président de la société de transport CALBERSON et du club P.S.G. en 1971, et de Jean PERREAU-PRADIER alias "V110", adjoint au préfet du Rhône en 1948, secrétaire général de la préfecture du Loiret, préfet de la Vendée (26 avril 1954 au 12 juin 1956) puis de la Réunion (de 1956 au 2 mars 1963), directeur de cabinet du ministre des anciens combattants Jean SAINTENY "Dragon" jusqu'au 8 janvier 1966 et préfet de la Drôme.

Guy CRESCENT  Couverture du bulletin n°1 du comité du Rhône discall1.jpg (340155 octets) discall2.jpg (218319 octets) Les principaux évenements à Lyon (Document CHRD)

Outre la publication d'un bulletin trimestriel et la réunion d'assemblées générales, le comité lyonnais organise sous le parrainage de Marie-Madeleine FOURCADE des congrès nationaux et des soirées de gala au profit des œuvres du réseau dans les salons Berrier-Millet ou à la Maison dorée, place Bellecour.

Assemblée Générale de lÂ’Amicale (1958)             Dépôt de gerbe au Veilleur de pierre, place Bellecour, par « Pointer » et « Hérisson », à lÂ’occasion du Congrès national de lÂ’Amicale à Lyon, le 18 janvier 1958                 

Depuis son installation à Lyon, André GIRARD est également le président de la section du Rhône de la fédération des réseaux de la France combattante (F.F.C.). À ce titre, il participe avec 15 autres associations lyonnaises de résistants et déportés au conseil d'administration du collectif "Résistance & Déportation" (dissout en novembre 2003 sous la présidence de Guy DUFEU) qui déploya pendant 30 ans une activité importante au profit du Prix de la Résistance, de la Journée de la Résistance, de bals et kermesses, de l'entraide au profit des résistants et déportés qui en éprouvent le besoin par l'unification des actions sociales et morales des associations adhérentes.

Frappé par la maladie, il devra quitter progressivement ses différentes responsabilités associatives au cours des années 70 et 80, remplacé le secrétaire du comité lyonnais de l'amicale de l'Alliance, le fidèle ami et camarade de combat Roger BECKER, désormais principal animateur du souvenir des réseaux de résistance en Rhône-Alpes.

Sous l’impulsion de Marie-Madeleine FOURCADE, André GIRARD participe à la "campagne du timbre" en 1948, à la Convention Républicaine et à l’Union pour la Nouvelle République, appelant au retour du Général DE GAULLE au pouvoir en 1958. Le colonel ROMANS-PETIT invite d'ailleurs celui-ci à inaugurer le 24 juin 1956 le cimetière des 88 morts des maquis de l'Ain au Val d'Enfer à Cerdon.

Le 29 avril 1958, André GIRARD est auditionné par la Commission d’Histoire de la guerre, au rectorat de Lyon (déposition de 19 pages ; cote 31J/B131 aux Archives Départementales du Rhône)

Le 22 mai, Léon DELBECQUE, ancien résistant d’un organe rattaché au S.O.E., le désigne responsable du Comité de Salut Public de Lyon.

Attestation de Léon DELBECQUE

Le 8 octobre 1962, André GIRARD entre au Conseil municipal de Lyon, alors présidé par Louis PRADEL, en occupant le siège de Jacques SOUSTELLE, démissionnaire (ancien chef de la D.G.E.R. en 1945, ministre et député du Rhône).

Louis PRADEL    Conseil municipal de Lyon

Il devient ainsi conseiller municipal du 8ème arrondissement de Lyon au sein du groupe désormais dirigé par Charles BERAUDIER. En mars 1971, André GIRARD est candidat suppléant de Louis RIGAL sur la liste "Pour une Réalisation Active Des Espérances Lyonnaises" du maire sortant avec Francisque COLLOMB, Léon CHAMBARETAUD et dirigée pour le 8ème secteur par Tony BERTRAND.

Admis dans le service militaire des chemins de fer, il est affecté pour administration à l'état-major de la 8ème région militaire en 1956. Il est promu capitaine de réserve le 1er octobre 1959 et participe notamment aux manoeuvres Side-Step -septembre 1959- et Mistral -juin 1963- (ayant atteint la limite d'ge dans son grade, il est rayé des cadres et admis à l’honorariat le 22 avril 1966).

Le 28 mars 1965, Marie-Madeleine FOURCADE, en présence d'André GIRARD, inaugure la plaque commémorative du groupe scolaire Georges LAMARQUE, à Grézieu-la-Varenne (69) en mémoire du chef-adjoint du réseau, "Pétrel", dont l’un des P.C. était installé dans cette commune.

Promu officier de la Légion d’Honneur à titre civil par décret du 12 juillet 1965 sur proposition du ministre des anciens combattants Jean SAINTENY, André GIRARD reçoit l’insigne de cette décoration des mains de Marie-Madeleine FOURCADE lors d’une cérémonie solennelle, le 10 novembre 1965, dans les grands salons du cercle militaire de Lyon. Également, son récit de guerre, "Le temps de la méprise", est publié aux éditions France-Empire.

Remise de la Légion dÂ’Honneur dÂ’André GIRARD (1965)            Remise de la Légion dÂ’Honneur dÂ’André GIRARD (1965)

Diplôme d'officier de la Légion d'Honneur

En mai 1968, le Réseau Alliance est découvert par le grand public grce à "Hérisson" avec la publication, chez Fayard, de "L’Arche de Noé" ; ce récit historique obtient un vif succès malgré le contexte social. De plus, le film "Marie-Octobre" de Julien DUVIVIER (1959) et le personnage de Danielle DARRIEUX, égérie du réseau "Vaillance", permettent un parallèle avec cette pure héroïne.

   

Affiche du film «Marie-Octobre»        

En 1969, André GIRARD préside le comité départemental du Rhône destiné à recueillir des fonds pour la construction du Mémorial Jean MOULIN, monument inauguré les 27 et 28 septembre 1969 à Salon-de-Provence en présence du Premier Ministre Jacques CHABAN-DELMAS et du Ministre des anciens combattants et ancien agent du réseau Alliance Henri DUVILLARD.

Inauguration du Mémorial Jean MOULIN   

Les 3 et 4 septembre 1977, l’amicale du Réseau se rassemble à Ussel ; la stèle en hommage aux opérations aériennes clandestines sur le tarmac de l'aérodrome Ussel-Thalamy (19) est inaugurée en présence de Marie-Madeleine FOURCADE et du député de Corrèze Jacques CHIRAC.

Le 20 juillet 1989 décède à l’hôpital militaire du Val-de-Grce Marie-Madeleine FOURCADE ; le gouvernement, l'ambassadeur de Grande-Bretagne en France, les maréchales LECLERC DE HAUTECLOCQUE et DE LATTRE DE TASSIGNY ainsi que de nombreux résistants et les rares survivants du réseau lui rendent un hommage exceptionnel le 26 juillet à l’occasion des honneurs militaires rendus en l’église Saint-Louis des Invalides et de son inhumation au cimetière du Père-Lachaise à Paris (division 90). L'homélie est prononcée par son ami le révérend père RIQUET. "Hérisson" est la première femme dont la mémoire est solennellement honorée dans l'enceinte de l'hôtel national des Invalides. 

         Dédicace de « Hérisson » pour « Pointer »

Amie d’André GIRARD, Marie-Madeleine FOURCADE est née également en 1909 ; jusqu'alors secrétaire générale, elle préside le Comité d’Action de la Résistance depuis décembre 1962 ainsi que le jury d’honneur de Maurice PAPON en 1981. Ce dernier demande alors, le 22 mai 1981, la création d'un jury d'honneur à Marie-Madeleine Fourcade. Il est constitué le 25 mai à Lille par le comité directeur du Comité d'Action de la Résistance et se compose outre de Marie-Madeleine Fourcade, de Daniel Mayer en qualité de président, du révérend père Riquet, de Charles Verny et de Jean Pierre-Bloch. Le 20 novembre 1981, le jury d'honneur statue sur les motifs d'une sentence prononcée à l'unanimité le 15 décembre 1981 et mitigée quant au comportement de l'ancien secrétaire général de la préfecture de Gironde : "M. Papon a dû concourir à des opérations apparemment contraires à la conception que le jury se fait de l'honneur au nom même des principes qu'il croyait défendre et faute d'avoir été mandaté par une autorité qualifiée de la Résistance française pour demeurer à son poste, M. PAPON aurait dû démissionner de ses fonctions de secrétaire général de la préfecture de la Gironde au mois de juillet 1942". Elle met également en oeuvre au cours des années 70 des manifestations exigeant l'extradition de Klaus BARBIE en France

Manifestation en faveur de l'extradition de Klaus BARBIE devant l'ambassade de Bolivie à Paris

Épouse du général et Compagnon de la Libération Edouard MERIC jusqu'en juin 1947, remariée avec Hubert FOURCADE (1916-1990), officier de la 13ème demi-brigade de la Légion étrangère, le 20 novembre 1947 à Montargis, mère de cinq enfants (Christian, Béatrice, Florence, Jacques et Pénélope), "Hérisson" était commandeur de la Légion d’Honneur, décorée de la médaille de la Résistance avec rosette, croix de guerre française et belge avec palmes, Order of British Empire  (OBE), officier de l'ordre de Léopold (Belgique) et de l'ordre Dzenia Polski (Pologne), commander of veterans of Roreign Wars (USA).

 

Présidente de la fédération des réseaux des Forces Françaises Combattantes et du jury national du concours de la Résistance, vice-présidente de l’Union Internationale de la Résistance depuis 1960 et de l’association nationale des médaillés de la Résistance depuis 1947, membre de la L.I.C.R.A., Marie-Madeleine FOURCADE préside la liste "Défense des intérêts de la France en Europe" en 1979 ; elle siège ainsi à l’assemblée des Communautés européennes du 13 octobre 1980 au 18 septembre 1981. Les derniers combats de cette femme exceptionnelle furent pour le règlement de la crise Libanaise et le procès BARBIE à Lyon où elle témoigna comme témoin "d'intérêt général" au cours de la vingt-deuxième audience le 12 juin 1987. Après son décés, son fidèle radio "Pie", Ferdinand RODRIGUEZ-REDINGTON, poursuit son action de mémoire et de secours à la tête de l'Association Amicale Alliance jusqu'à son décés. Emile HEDIN succède à "Hérisson" comme liquidateur du réseau. Le souvenir du réseau est désormais relayé par l'association "L'Alliance" présidée par Richard KAUFFMANN.

Lettre de Marie-Madeleine FOURCADE du 25/01/1988

«Gibbon», « Pie», «Hermine», Roger BECKER, «Hérisson» et Hubert FOURCADE lors dÂ’un congrès de lÂ’amicale à Lyon en 1983

André GIRARD est décédé le 4 juin 1993 à Lyon (La Mulatière) ; il a été inhumé dans le caveau familial de son épouse, dans le cimetière communal de Saint-Sauves d’Auvergne (63).

Caveau d'André GIRARD à Saint-Sauves d'Auvergne

Il fut notamment l’instigateur du choix de cette commune pour la construction, dans les années 1980, d’un village de vacances sur 31 hectares et géré par la Mutuelle de la Régie des Tabacs et Allumettes. (S.E.I.T.A. - aujourd'hui par V.T.F. "Le domaine des Puys" - Route de Laqueuille-Gare)

Centre de la SEITA à Saint-Sauves d'Auvergne

© 2003 TF - Tous droits réservés